MAC DRIVE : ON CULTIVE LE SECRET !

Publié le 1 Juin 2006

 Alors que les travaux du Mac Drive reprennent, les habitants et les commerçants de la barrière de Toulouse sont toujours gardés dans l’ignorance des futurs aménagements de voirie qui seront réalisés pour permettre la réalisation de ce type de restaurant.

Ainsi, ils reconstituent par le bouche à oreille les pièces du puzzle qui leur permettent d’imaginer ce que sera leur futur cadre de vie.

 

Déplacement de l’arrêt de bus, route de Toulouse

En totale contradiction avec le Plan de Déplacement Urbain (P.D.U.) adopté par la CUB, l’arrêt de bus, face au futur drive, va être éloigné des autres arrêts de bus de la barrière, afin de favoriser l’accès au drive. Il sera donc reporté, au-delà de la rue de Taregua, privant ainsi les commerces et habitants de cette portion de la route de Toulouse de places de stationnement.

 

Absence de pistes cyclables et élargissement des trottoirs

De même, ils ont appris que les pistes cyclables qui entrent dans le cadre du projet de la requalification de la route de Toulouse en application du P.D.U. s’arrêteraient à 300m de la barrière en raison de l’accès au drive. Par contre, on élargirait les trottoirs - pour quelle nécessité ? - ce qui va occasionner une suppression inévitable de places de stationnement .

Parking ou pas de parking ?

Alors qu’une pétition favorable au Mac Drive distribuée par le buraliste, M. Brugère, en mai 2005, faisait état « de places de parking supplémentaires » l’adjoint à l’urbanisme, M. Michel Duchène démentait catégoriquement dans un article de Sud Ouest en date du 20 mars 2006 : « Depuis quand les sociétés privées feraient-elles des parkings pour les riverains ? c’est surréaliste, il n’en a jamais été question ». Pourtant, il avait accueilli très favorablement cette pétition, ce qui n’avait pas été le cas des pétitions des habitants et commerçants hostiles au projet !

Ainsi, la question ne se pose plus de savoir combien de places de stationnement vont être créées mais combien vont être supprimées ?

 

Espace vert de proximité inaccessible

De même, la mairie met en avant la création d’un espace vert de proximité ouverts aux habitants du quartier. Certes, espace vert il y aura, et on ne peut que se réjouir de voir tomber les murs de l’espace boisé classé ; mais il est entouré d’une grille qui le rend inaccessible depuis l’espace public. Les habitants désirant s’y rendre devront pénétrer par le restaurant Mac Donald’s !

 

Un gaspillage irresponsable !

A l’heure où le cours du baril de pétrole s’envole et que le réchauffement climatique vient d’être reconnu « principal défi du siècle » par les députés français, on continue à implanter des « drive » copiant ainsi le modèle américain des années 60, ère du « tout automobile » où le pétrole bon marché coulait à flots.

 

De l’intérêt général à l’intérêt privé

En plus des nombreux désagréments que va provoquer l’installation de ce type de restaurant (pollution, surplus de circulation, bruit, nuisances olfactives…) Il nécessite des aménagements de voirie qui privilégie l’intérêt particulier au détriment de l’intérêt général. Or la CUB, responsable de l’aménagement de voirie, s’est engagée par la voix de son Président, à défendre l’intérêt général et à réaliser une étude indépendante.

 

Les habitants attendent que la CUB donne des actes à ses paroles.

Article paru dans le journal Cauderes N° 13 (juin 2006)

Rédigé par Association Cauderes

Publié dans #actions militantes

Commenter cet article