Le pont ouvrant Bacalan-Bastide : un projet démesuré et contesté

Publié le 1 Décembre 2006

 Un nouveau franchissement sur la Garonne est nécessaire pour faciliter la liaison entre les quartiers de Bacalan et de la Bastide ainsi que la ville-centre. Il doit permettre également d’améliorer les déplacements entre la ville-centre et les communes périphériques qui la bordent immédiatement, ainsi qu’entre ces communes.

Cependant, ce franchissement doit être « humain » ; c’est à dire améliorer la vie des habitants en limitant les nuisances qui accompagnent tout franchissement Ce pont ouvrant fait l’objet d’une vive contestation des associations bacalanaises et bastidiennes, riveraines du projet, soutenues par les autres associations bordelaises (GARONNE AVENIR, TRANS’CUB AQUITAINE ALTERNATIVES, CLCV, CAUDERES….) qui estiment que « les inconvénients

prennent le pas sur les avantages et les nuisances l’emportent sur les bienfaits » :

 il va défigurer la ville car il est large comme 2 ponts d’Aquitaine, avec ses 4 piles hautes comme 4 tours de la cité administrative. Ce pont ne peut s’intégrer dans le paysage du fleuve et quais. Il risque ainsi de compromettre le classement de la ville de Bordeaux au patrimoine mondial de l’Unesco.

 il va servir de délestage du pont d’Aquitaine en accueillant au cœur de la ville, 53 000 véhicules et 8000 camions par jour ce qui va engendrer un bruit infernal pour les riverains et le long des quais.

Il va jouer un rôle d’aspirateur à voitures en accentuant la congestion urbaine notamment sur les boulevards. De plus, il va créer plus d’embouteillages notamment pendant les manœuvres d’ouverture et de fermeture du pont.

Il va compromettre l’avenir maritime de Bordeaux, car il serait un obstacle supplémentaire difficile à franchir par les navires qui risquent de rester bloqués à quai .

Enfin, il s’inscrit en totale contradiction avec les politiques affichées de lutte contre le réchauffement climatique par le choix du tout voiture.

Après avoir participé aux réunions dites de « concertation » organisées par la CUB, Les associations regroupées en « front associatif » ont fait le choix du tunnel qui présente l’avantage d’assurer un lien continu entre les deux rives, d’être adapté au trafic local, et de préserver l’avenir du port de la lune, avec un surcoût limité.

 

Pour plus d’informations et pour participer au débat nécessaire sur les avantages et inconvénients des différents projets de franchissement, avant l’enquête publique, consultez le blog du « front associatif » : http://pont-ou-tunnel.over-blog.com

 

Bien informés, les hommes sont des citoyens ;

mal informés, ils deviennent des sujets. Alfred Sauvy, sociologue

Article paru dans le journal Cauderes N° 14 (décembre 2006)

Rédigé par Association Cauderes

Publié dans #Environnement

Commenter cet article