Le pédibus

Publié le 1 Juin 2004

Dans son édition du 28 avril, le Journal Sud Ouest  s’est fait l’écho d’une expérience originale menée à Créon pour favoriser le déplacement à pied vers l’école des enfants, « l’autobus pédestre ou  pédibus ».

Pour en savoir plus, nous avons interrogé nos amis de l’association « les droits du piéton » qui nous ont expliqué le principe et les avantages de ce ramassage scolaire pédestre que nous pouvons résumer ainsi :

Un groupe de 2 ou 3 parents accompagnés d’enfants, se rend à l’école en suivant un parcours prédéfini et en respectant un horaire précis. Au fur et à mesure de son avancement, des enfants qui attendent le convoi en des endroits définis, se joignent aux autres enfants du convoi pour marcher vers l’école avec eux.

Outre le fait que cette démarche peut libérer des parents d’une contrainte de transports pas toujours compatible avec les horaires de travail, elle permet de sécuriser les déplacements des jeunes en les éduquant à la sécurité routière.

De plus, elle présente de nombreux intérêts :

  • Lutte contre la pollution en contribuant à faire baisser le nombre de véhicules sur le trajet domicile-école qui est souvent inférieur à 1 km.

  • Lutte contre l’insécurité routière : les abords des écoles sont encombrés de voitures de parents qui y circulent bien sûr mais aussi stationnent souvent de manière indue (passages piétons, trottoirs…..)

  • Préservation de la santé : les campagnes actuelles menées sur le thème de l’obésité et des maladies cardio-vasculaires nous invitent et en particulier les jeunes à faire 30 mn quotidiennement d’un exercice physique doux comme la marche ou le vélo.

  • Economie d’argent : Avec une moyenne communément admise de 0,45 euros (3 F) du kilomètre, amener son enfant en voiture à 800 m , puis revenir, et faire de même le soir pour le chercher, soit 3 km, coûte déjà 1,44 euros (9,50 F) chaque jour !

Pourquoi pas dans notre quartier ?

 

Beaucoup de parents et enfants y trouveraient de nombreux avantages car quel que soit le trajet considéré (vers l’école Somme ou rue Saint –Genès) il faut traverser les boulevards qui présentent un danger potentiel pour petits et grands. D’autre part, cette expérience peut être souple et adaptable aux contraintes du secteur géographique donné et à l’âge des enfants.

Ainsi, par extension, pour nos ados qui se rendent au collège ou au lycée, on peut les encourager à partir en groupe pour un trajet plus sympathique et plus sûr (récemment, des jeunes se dirigeant seuls sur le chemin du collège se sont faits racketter rue Bertrand de Goth).

N’hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus et nous apporter vos idées.

 

A nous d’être imaginatifs !

 

Article paru dans le journal Cauderes N°10 (Juin 2004)

 

Rédigé par Association Cauderes

Publié dans #actions militantes

Commenter cet article