JE TRIE, TU RECUPERES, NOUS RECYCLONS,

Publié le 24 Mars 2012

A l’heure où une grande partie de la population mondiale vit dans la pauvreté, nous n’avons jamais autant gaspillé alors que les ressources de la planète apparaissent de plus en plus limitées.
Aux Etats-Unis, 50% de la nourriture produite est jetée ce qui provoque un immense gaspillage d’eau, d’énergie, de terres et de ressources humaines. En France, le scénario moins catastrophique n’est guère plus réjouissant. Récemment, le Secours Populaire indiquait qu’ils recevaient à ne plus savoir qu’en faire de vêtements encore en bon état.
Comment en est-on arrivé là ?
Par une société de consommation qui entretient un besoin de paraître, de se faire valoir et nous donne l’illusion du bonheur dans l’acte d’achat pour compenser frustrations et mal-être : J’achète, donc je suis…. « heu-reux » !
Mais tout ceci a un coût pour la planète qui supporte de moins en moins tous ces gaspillages, déchets et pollutions et pour nous-mêmes qui, crise aidant, sommes bien obligés bon gré, mal gré de consommer autrement.
Après avoir copieusement brûlé, jeté dans des décharges à ciel ouvert engendrant de nombreuses pollutions, une prise de conscience s’est fait jour pour trier, récupérer et recycler.
Ainsi  la C.U.B a mis en place toute une série de mesures qu’elle décline sous la forme des 7 gestes pour une ville propre :

 « Mon bac, je le rentre au plus tard le matin ;
 Mes déchets je les trie,
 Mon verre je le recycle,
Mes encombrants, je les apporte au centre de recyclage ou j’appelle « allo mairie de proximité » pour  Bordeaux au 05 56 10 33 33  et pour Talence au  0800 30 34 36,
Mon trottoir, je le désherbe en respectant l’environnement,
Les crottes de mon chien, je les ramasse
Mes mégots, je les jette dans un cendrier. »

Mais à côté de ces gestes éco-citoyens qui s’adressent à tous, d’autres solutions plus personnalisées et innovantes sont à découvrir et à encourager pour recycler nos déchets: si les associations traditionnelles récupèrent nos objets ou vêtements usagers (Emmaüs, secours populaire, secours catholique, ATD quart-monde etc.) dans le souci de donner ou offrir à bas prix aux plus démunis, d’autres travaillent à la réduction des déchets dans une perspective de réutilisation, de réparation et de recyclage. Des recycleries, ou ressourceries nous proposent de transformer ce que nous voulions mettre à la poubelle et d’en faire des objets utiles, séduisants, originaux et peu coûteux ! 
Ainsi, près de la gare l’association RECUP’R (www.recupr.org) propose  un atelier vélo où non seulement vous trouvez des pièces de rechange à des prix très bas mais encore vous êtes sérieusement aidé dans la réparation de votre fidèle vélo.
A l’atelier couture, vous êtes épaulé pour fabriquer vous-même des sacs, des bijoux et des accessoires en divers matériaux de récup’. Vous n’imaginez pas ce que l’on peut faire d’utile et de sympa à partir d’une chambre à air combinée avec une chute de tissu ! (photos sur notre blog)
L’atelier d’ECO SOLIDAIRE (atelierdecosolidaire.com/), au Grand parc, veut développer le réemploi des déchets encombrants, diffuser idées et astuces de valorisation artistique pour encourager le recyclage individuel et  permettre de donner une seconde vie aux objets et mobiliers.
La recyclerie créative anime du lien social intergénérationnel à travers des ateliers publics de valorisation et de réparation. Une première boutique d’éco SOLIDAIRE a ouvert à titre expérimental.
N’hésitez pas à aller découvrir ces nouvelles initiatives de gestion de nos déchets et à encourager le dynamisme et la créativité  de ces jeunes.

Article paru dans le journal cauderes n° 25

Rédigé par Association Cauderes

Publié dans #Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article