LA NATURE DANS LA VILLE

Publié le 16 Décembre 2012

 Alors qu’une population de plus en plus nombreuse désire s’installer en Gironde, nos élus favorisent une densification des centralités notamment dans la CUB afin de limiter l’étalement urbain, grand consommateur d’espace agricole. Or cette densification sur les dernières friches, espaces non bâtis et autres « dents creuses » limite la création d’espaces verts alors que le désir de « nature » n’a jamais été aussi fort; un vrai besoin que les habitants n’hésitent plus à afficher et qui se déclinent sous des formes très variées mais qui ont pour tous la même finalité: S’AERER ET SE DETENDRE  pour lutter contre un stress de plus en plus présent.

Ainsi aux 50 000 logements désirés le long des voies du tramway se répondent les 55 000 ha de nature à préserver dans la CUB pour donner ce « poumon » indispensable à la métropole bientôt millionnaire.

Oublié le « tout minéral » qui faisait florès il y a une dizaine d’années ; oubliées les déclarations tonitruantes lors de conseils de quartier sur « la campagne à la ville» invitant les citoyens amateurs du chant des oiseaux à s’exiler hors de la ville. De « ringards », les amoureux des arbres, herbes et petites fleurs, sont devenus « branchés ». La nature retrouve enfin sa place dans la ville. On lui reconnaît même une fonction sociale : elle participe du « vivre ensemble » assurant le lien entre les habitants, favorisant les rencontres.

On débat sur les herbes qui poussent entre les pavés : mauvaise herbe ou à protéger ? On végétalise les rues en installant des jardinières sur les trottoirs et en laissant pousser des grimpantes sur les façades. (voir photos de rues végétalisées sur notre blog). On fait la chasse aux herbicides et pesticides. On distribue des composteurs aux habitants pour recycler les déchets verts…

La nature comme réponse à la crise…un remède sain et solidaire pour une société en transition en recherche d’un nouveau modèle ?

 

Article paru dans le journal cauderes n° 26

Rédigé par Association Cauderes

Publié dans #Environnement

Commenter cet article