Des landes à l’océan …..tout près de chez nous !

Publié le 8 Décembre 2009

La maison de retraite du Sablonat va faire l’objet d’un agrandissement substantiel sur le boulevard Albert 1er et le traitement du toit terrasse du nouveau bâtiment  tel qu’il est décrit dans la notice paysagère invite les pensionnaires à une promenade océane des plus poétiques…

 

Ainsi , le jardin Est, profite d’une exposition très ensoleillée, d’une largeur disponible assez important e, ainsi que d’une distance relative par rapport au Boulevard Albert 1er. Il offre la possibilité d’aménager un paysage connu de tous : LA LANDE

 

« Les jeux d’ombre et de lumière des Pins animent une promenade se faufilant au travers de modelés de terrain. Des talus donnent l’illusion d’un parcours au cœur de la nature et atténuent la présence des murs (..).Des plantations arbustives et tapissantes (Bruyère, Molinie, Arbousier….) interpellent la vue par leurs fleurs et leurs feuillages. Les doux modelés rapprochent ces plantations des mains mais aussi des yeux. L’écorce de Pin, utilisé en paillage « brûle » au soleil et diffuse le parfum évoquant les Landes. .

De petites rampes mènent délicatement l’usager vers une ambiance se rattachant à la précédente : L’OCEAN.

Une dilatation du caillebotis bois, en point haut de la promenade rappelle la plage. Cet espace fait face à une « mer » de graminées légèrement en contrebas (Oyat bleu, ou fétuque bleue et Cheveux d’Ange) évoquant les vagues en mouvement sous le souffle des courants d’air.

Le pincement de la terrasse est l’occasion d’un changement de décors . Ici une ambiance plus urbaine se fait ressentir . La présence de mur de propriété, le bruit de la circulation sur les boulevards nous replace au cœur de nos JARDINS DE VILLE.

La prairie fleurie laisse place au potager et au jardin aromatique.

Des carrés pédagogiques surélevés d’ environ un mètre par rapport à la circulation sont accessibles par tous facilitant le contact aux plantes et la diffusion des parfums . Les séances de jardinage sont l’occasion de retisser ou entretenir le rapport de l’homme à l’élément nourricier que représente  le potager.

Afin d’atténuer la présence des murs mitoyens on installe des palissades supports de plantations grimpantes à fleurs ou à fruits (vignes, kiwi, mur, rosier, glycine…) ou d’arbres fruitiers (poiriers, pommiers). »

 

Rédigé par Association Cauderes

Publié dans #Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article