DES CONSEILS DE QUARTIER AU RAS DES TROTTOIRS

Publié le 27 Mai 2006

 Invités au conseil de quartier Nansouty - St Genès - place Simiot - barrière de Toulouse qui s’est tenu au stade Brun le 11mai 2006, nous nous y sommes rendus, ayant au préalable envoyé quelques questions relatifs aux projets d’aménagement de notre quartier. …qui sont restés sans réponse.

Or selon les documents distribués à l’entrée sur l'histoire des conseils de quartier et vantant les mérites de la concertation mise en place par la mairie, pas un aménagement n'est fait, pas une décision n'est prise sans concertation!!!

 Pipi, caca, popo…potelets

Après quelques discours remplis de congratulations, nous sommes passés aux choses sérieuses!!!! Et ces choses qu'à la rigueur nous aurions aimées "au ras des pâquerettes"…évoquant l'aménagement d'espaces verts, de pistes cyclables...il a fallu nous contenter "du ras des crottes de chiens"! Pendant plus d'une heure, il n'a été question que de poubelles, propreté et ...potelets! pour terminer sur le projet Bergonié.

Peut-on avoir à redire sur les projets d'une fondation?

Pour notre quartier, les projets en prévision sont la réfection du tapis de la rue de Cauderès, ainsi que l'aménagement des trottoirs à la Barrière de Toulouse pour permettre la traversée par les handicapés qui pour l'instant peuvent descendre le trottoir mais ne peuvent pas monter sur le trottoir d'en face.(coût 20000 euros et ce pour 2007).

Bref...Ignorés la disparition des équipements collectifs de proximité comme la poste et la bibliothèque. Rien sur les aménagements nécessaires à l'afflux de population nouvelle consécutive à la délivrance des nouveaux permis de construire, aucune projection sur le devenir du quartier.


Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes !

De même, pour le conseil de quartier de St-Jean – Belcier - Carle Vernet - Albert 1er: après les « autogrontulations » d’usage et une autosatisfaction fièrement affichée, la concertation s’est réduite à une simple information où il est simplement demandé aux habitants d’approuver des décisions déjà prises.


Rien à Bordeaux ne se fait sans votre avis !

Et pourtant les habitants présents se sont vus remettre un dossier où il est clairement écrit que « rien à Bordeaux ne se fait sans votre avis ; de toutes parts, on vous demande …..sur le terrain ou en tête à tête ». il est par ailleurs spécifié que lors des conseils de quartier « tout le monde s’assoit autour de la grande table en U et les dossiers sont discutés sans retenue ». Certes, on discute sans retenue des poubelles non rentrées et de diverses incivilités, mais jamais des sujets qui « fâchent » comme le mac drive de la barrière de Toulouse, par exemple.


Dans le dialogue et le partage des idées !

Il existe même des ateliers autour d’un projet d’aménagement de quartier où l’objectif affiché est « d’aborder tous les aspects du projet et de le modifier en amont pour répondre aux besoins des habitants et des commerçants du quartier ». Or, les habitants du quartier découvrent sur les panneaux d’affichage les différents permis de construire qui dégradent le paysage urbain de leur quartier depuis des années sans en avoir été informé au préalable : résidence Sirius, projet Aquitanis, projet sur l’ancien « Remar »


Une force de concertation rapide !

Quant à la « force de concertation rapide  qui vise à répondre en 24h ou 48h à une situation critique ou conflictuelle » elle ne doit pas lire les nombreux courriers adressés à la mairie, ni lire Sud Ouest ou encore regarder les télés locales !

Article paru dans le journal Cauderes N° 13 (juin 2006)

Rédigé par Association Cauderes

Publié dans #conseil de quartier

Commenter cet article