CYC’LAB

Publié le 24 Mars 2012

 Le second colloque international sur le futur du vélo et le vélo du futur auquel nous avons assisté le 10 février c’était beau, c’était glamour… On y a entendu des choses intelligentes impossibles à désapprouver: le vélo c’est bon pour la santé, bon pour l’avenir de la planète, on est bien d’accord. Mieux vaut un beau vélo qui roule bien qu’un vélo moche qui grince et freine mal…toujours d’accord. Mieux vaut porter un vêtement adapté et seyant qu’un sac poubelle 50 litres pour se protéger des intempéries…encore d’accord. Les vélos couchés, les vélos « famille nombreuse », les vélos de livraison, c’est bien mais n’est-on pas une fois de plus dans la communication et sur des questions marginales ? Le présent du vélo pour tous ses usagers actuels ou mieux encore ses usagers potentiels, qu’en est-il ?

Tandis que dans les pays voisins des mesures incitatives très sérieuses sont prises: les employeurs de ceux qui vont au travail en vélo en sont à leur verser des indemnités au kilomètre; de véritables autoroutes pour vélos sont créées afin d’en faire un mode de déplacement vraiment efficace, nous en sommes encore à craindre de traumatiser les citoyens/électeurs refusant la restructuration de leur bout de quartier avec de vrais parcours cyclables et nous regardons d’un œil résigné sinon tolérant tous ces pauvres automobilistes n’ayant pas trouvé à se garer ailleurs que sur une piste cyclable !

L’urgence ce n’est pas tant un vélo dessiné  par un designer célèbre mais la possibilité pour vous et moi de circuler en toute sécurité, d’enfourcher une bicyclette sans avoir à numéroter nos abattis auparavant ; l’urgence c’est que les parents, l’esprit tranquillisé par l’existence de tracés cyclables sûrs, laissent les collégiens se déplacer en vélo et donc abandonnent leur voiture au garage.

Ce jour-là la partie sera gagnée !

Aujourd’hui les pistes cyclables certes, se multiplient à Bordeaux, mais le plus souvent elles ne sont ni utilisables en continu ni sûres. Quand cesseront-elles de servir de parking d’appoint à courte ou longue durée à tous ceux qui n’ont pas compris les enjeux et pensent que 3 mn d’arrêt sur une bande cyclable, c’est sans conséquences ? A l’abord des nombreux collèges et lycées d’un quartier voisin du nôtre c’est impressionnant le nombre de véhicules grands ou petits, garés deux roues sur le trottoir, deux sur la piste cyclable, sans vergogne, parfois par les parents d’élèves eux-mêmes…

Alors s’il s’agissait simplement de faire respecter la loi ? Et pas seulement de constater le manque de civisme avec fatalisme. Décider de réprimer certaines infractions pour le bien de tous, est, de la part des pouvoirs publics un choix qui demande un vrai courage politique. Ça c’est urgent et c’est du présent.

Rédigé par Association Cauderes

Publié dans #Environnement

Commenter cet article